Paris... Pékin... Gourmand    Paris... Pékin... Gourmand   Paris... Pékin... Gourmand    巴黎北京美食

             Accueil                 Paris                Pékin             Livres                 Contact
 

 

 

Suivez aussi l’actualité et les tendances de la restauration sur mon blog http://positiveeatingpositiveliving.blogspot.com  

 

ESPRIT DU SITE

Actualité

 

Ce site est dédié aux amoureux de la France et de la Chine, et plus particulièrement de leurs cultures culinaires et gastronomiques, de leur art de la table.

Il s'adresse à la fois à celles ou à ceux qui voyagent pour la première fois à Pékin ou à Paris,  pour être accompagnés dans leurs premiers pas gourmands, découvrir les recettes et produits à déguster impérativement, comprendre leurs histoires et leurs terroirs, apprivoiser leurs goûts, avoir la liste des lieux gourmands incontournables.

Il s'adresse aussi à ceux et à celles qui connaissent déjà les deux pays, qui désirent se tenir au courant des dernières tendances des plaisirs de la table, des recettes à la mode ou des nouveaux lieux gourmands. Ou simplement, ceux et celles qui préparent un nouveau voyage à Paris ou à Pékin !

L'appellation de Paris et Pékin est bien sûr symbolique. En effet, à Pékin comme à Paris, il est possible de goûter à toute la cuisine du terroir du pays. Pour cette raison, nous allons embrasser les produits et recettes de chacun des terroirs des deux pays.

Ce site vous accompagnera bien sûre dans vos plaisirs concrets de bouche, via les recettes, les adresses des chefs, des marchés, les produits de saison, mais aussi des nourritures plus spirituelles à travers une sélection de livres, de film, de photos, de témoignages, vecteurs et supports d'une meilleure compréhension sur l'approche philosophique, médicinale, diététique et techniques des deux cuisines.

On dit que la table est la manière la plus efficace et rapide pour découvrir l'autre !

Je vous souhaite une bonne navigation gastronomique.

William  Chan Tat Chuen

Suivez aussi mon blog sur les tendances et actualités de la restauration sur http://positiveeatingpositiveliving.blogspot.com

www.jprocher-editeur.com/pages/chan-madagascar.html

 

Les cahiers de la gastronomie n°21, Menu Fretin

Les cahiers de la gastronomie n°21, édité par Menu Fretin vient de paraître. Je suis particulièrement heureux de vous présenter ce numéro parce que j’y participe pour la deuxième fois. Au sommaire, vous trouverez L’amuse-bouche et l’éditorial par Laurent Seminel, directeur de la rédaction. « L’étrange monsieur Berchoux » par Renée Elkaïm-Bollingern reconnu comme l’inventeur du mot gastronomie. « Cézanne à table » par Jean Claude Ribaut, « L’évolution du statut de la viande de chien en Chine » par William Chan Tat Chuen, « Le thé en Inde » par Céline Brisset, « La diffusion du sucre en occident à partir de la méditerranée » dans la rubrique découverte. Ce 21ème numéro des cahiers de la gastronomie consacre aussi une large place aux Rencontres François Rabelais de l’année dernière autour du thème « Qu’est-ce que le fait maison ? » : La cuisine de la mère du paléolithique à nous jours / Le fait maison au restaurant / De la gamelle au bento / Le fait maison vu à la télé / Vers une gastronomie autarcique ? / Apprendre à cuisiner comme à la maison / Le fait maison dans les plats préparés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Semaine de la Chine Mairie 16ème Paris

 

Du 20 au 25 septembre 2016, la mairie du 16ème de Paris organise avec l’ambassade de Chine en France « la semaine de la Chine ». Ce salon vous fera découvrir les richesses culturelles de la Chine traditionnelle et moderne à travers des expositions, des films, la gastronomie, des conférences, spectacles et des rencontres avec des artisans, musiciens, artistes, auteurs...  La librairie Le Phénix tiendra une librairie éphémère au cœur de ce salon, et organise une série de rencontre-signatures les samedi 24 et dimanche 25 septembre 2016. J’ai le plaisir d’être invité par la librairie le Phénix le samedi 24 septembre 2016, de 16 à 17h30 pour présenter mes deux livres : Canard laqué, canard au sang, Dialogues culturelles entre les cuisines chinoise et française aux éditions de l’Epure, A la table de l’empereur de Chine aux éditions Philippe Picquier. Vous trouverez aussi d’autres auteurs comme Alain Wang, Cyrille Javary… Le programme détaillé des rencontres dédicaces de la librairie le Phénix se trouve ici

 

 

 

Fête de la lune, le 15 septembre 2016

静夜思 Pensée d’une nuit paisible

床前明月光,疑是地上霜。

举头望明月,低头思故乡。

Devant mon lit le clair de lune. Est comme du givre sur le sol.

Je lève la tête et contemple la lune. Puis baisse les yeux et pense à mon pays

La fête de la lune, qui aura lieu cette année du singe le quinzième jour de la huitième lune (15 septembre 2016), sera célébrée par tous les chinois du monde. En admirant la lune, en pensant aux êtres chers qui sont au loin, ils auront à l’esprit ces vers célèbres du poète Li Bai. Cette fête de la lune, appelée aussi fête de la mi- automne 中秋节est destinée non seulement à célébrer la lune mais aussi la famille. En Chine, les familles se réunissent autour d’un bon dîner. En cette nuit de pleine lune, on dresse un autel dans la cour de la maison pour rendre hommage à la lune. On dispose des tarots poilus cuits en « robe des champs », des escargots de rizières, de jeunes plantes de riz, des encens, des bougies, et des nourritures rondes pour faire écho à la rondeur de la lune, symbole de l’unité familiale. Parmi les gourmandises rondes, il y a la fameuse galette de la lune, le yue bing 月饼, riches de légendes comme la « déesse Chan g E se réfugiant dans la lune », ou « Wugang qui abat le laurier de la lune ». Il y a aussi des galettes salées croustillantes, les grosses pamplemousses ou les pommes fruits, homophones aussi de paix. Devant les gourmandises, on admire la lune en pensant aux membres de la famille et aux amis qui ne sont pas autour de la table. La galette de lune le yue bing est la pâtisserie rituelle de cette fête. La pâte croustillante à base de farine, de saindoux, de sirop est farcie avec une crème de lotus, une crème d’haricot rouge, une crème de soja. Ces crèmes sont elles-mêmes enrichies de noix, de graines et de jaune d’œuf salé. Cette variété de farce joue sur les sensations de texture, sur le mariage du sucré salé. La galette, de forme ronde ou carré, est moulée avec une illustration. Même si l’aspect extérieur de ces galettes se ressemble tous, la composition de la farce est marquée et moulée sur le dessus. Par exemple, les caractères marqués sur le dessus de cette galette de lune m’informent qu’il s’agit d’une farce avec une crème lotus et double jaune d’œuf salée ! C’est une de mes galettes préférées. Ces yue bing sont aussi des cadeaux rituels lors de cette fête. Ils sont sertis dans des boîtes en fer richement décorée ou dans des packagings très luxueux. Depuis une semaine, dans les chinatown de Paris dans le 13ème, à Belleville ou à arts & métiers, ces galettes de lune sont en vente regroupées et mises en valeur dans un emplacement spécial. Comme elles sont vendues la plupart du temps par boîte de quatre, sachez qu’il faut en offrir au moins deux boîtes car le chiffre quatre est homophone de « mort » ! Cette fête de la lune est dignement fêtée par les mairies du 3ème et 13ème arrondissement. A la mairie du troisième arrondissement, vous pourrez participer gratuitement aux nombreuses festivités offertes du 12 au 17 septembre 2016 avec dégustation de la galette de lune, de spectacles de danse et d’arts martiaux, de lectures de contes, de cours de calligraphie, de taichi, de qigong.  Passez une belle fête de la lune ! L’idéal est d’accompagner ces galettes de lune d’un thé sans sucre.

 

 

 

Les restaurants français commencent à afficher leurs menus en chinois et c’est une bonne nouvelle pour les touristes chinois à Paris

 

Canard laqué, Canard au sang à 

« On ne parle pas la bouche pleine », France culture

« On ne parle pas la bouche pleine » est une de mes émissions de radio préférées sur la culture alimentaire. Signée Alain Kruger, il nous propose de comprendre et voir « Le monde vu du ventre, à travers un voyage gourmand ». A l’occasion de la sortie de mon livre « Canard laqué, canard au sang : dialogue culturel entre les cuisines chinoise et française »aux éditions de l'Epure, j’ai eu l’honneur d’être invité à cette émission le 15 juillet 2016, la Saint Donald, de 12h à 12h30. Si vous n’étiez pas près de votre poste radio ce jour J, sachez que vous pouvez réécouter l’émission en replay pour l’éternité ! www.franceculture.fr/emissions/ne-parle-pas-la-bouche-pleine/st-donald-fetons-le-canard-dans-tous-ses-etats-coin-coin

Menu Air China en Business Class

L’ordre des mets dans les repas chinois

William Chan Tat Chuen

Je revois encore cette scène avec l’étonnement de ma voisine française lors d’un vol opéré par la compagnie Air France entre Pékin et Paris. C’était le service du déjeuner. Pendant que nous consommions notre plateau repas à la française dans l’ordre successif de l’entrée, du plat, du fromage et du dessert, notre voisin chinois, situé juste au rang d’en face, alternait joyeusement ses bouchées entre l’entrée, le plat, le fromage et le dessert. Il avait à sa main droite la fourchette pour prendre les morceaux dans les barquettes, et à sa main gauche le pain qu’il croquait entre deux bouchées. Notre passager chinois avait projeté tout simplement son mode de consommation sur un repas français ! Ainsi, en observant l’ordre de consommer les mets d’un pays à l’autre, on constate qu’ils ne sont ni naturels, ni universels. Ils sont le résultat d’une culture et évoluent dans le temps. Devant le développement croissant des touristes chinois en France, les restaurateurs, s’ils souhaitent capter l’attention et les papilles de ces derniers, doivent saisir le sens culturel de ce que manger signifie pour un Chinois.

Le repas chinois est basé sur un équilibre nutritionnel entre un féculent de base appelé zhushi (nourriture principale) et des plats d’accompagnement appelés fushi (nourriture secondaire). C’est le zhushi, composé à majorité de céréales cuisinées de manière neutre qui composent le bol alimentaire. Les fushi, cuisinés à partir de produits carnés, de poissons, de végétaux, apportent la saveur pour compenser la fadeur des céréales. lire la suite 

 

Festival du cinéma chinois à Paris : 

le maotai au programme

Savez-vous qu’Isabelle Huppert 伊莎贝尔·于佩尔est l’une des invités d’honneur du Festival du cinéma chinois à Paris qui se déroule jusqu’au 19 juillet 2016 ? Organisé par le centre culturel de Chine à Paris et le groupe Pathé, il permet au grand public de découvrir la diversité du cinéma chinois.
Parmi la sélection officielle de cette année 2016, le film « Chinese Wine
国酒 » met à l’honneur l’alcool national chinois, le maotai, à travers de l’histoire de deux puissantes familles productrices de cet alcool. Pour les personnes qui découvrent ce maotai茅台酒, il s’agit d’un alcool blanc de luxe fabriqué à base de sorgho et de blé qui titre entre 35 et 53°C dans le Guizhou. C’est l’alcool préféré des repas officiels d’où son appellation « d’alcool national, guo jiu国酒 », le titre même du film. Il avait remporté un prix important lors de l’Exposition Universelle de Panama en 1915. Le premier ministre Zhou Enlai avait fait de ce maotai, déjà apprécié sous la dynastie des Qing l’alcool de tous les banquets nationaux ! Le maotai en France est devenu aussi l’alcool fétiche des barmans des hôtels de luxe !

www.festivalducinemachinois.com/selection_2016_CHINESE_WINE.htm

 

 

中法文化之春2016 Festival croisements France-Chine

Profitez de votre séjour en Chine pour prendre part au « Festival croisements ». Créée en 2006 à l’issue des années croisées France-Chine, ce « Festival croisements » est devenu le plus grand festival culturel français à l’étranger. Pour cette édition 2016 jusqu’au 29 juin 2016, il s’installe dans plus de 30 villes chinoises dont Pékin, Shanghai, Shenyang, Guangzhou, Chengdu et Wuhan. Les thèmes traités sont très variés. L’innovation et la créativité ont été placées au cœur de cette édition car elle souhaite présenter une image de la France à la fois dynamique, originale et ouverte sur les autres cultures. La programmation est bien entendu pluridisciplinaire, mais les jeunes artistes, souvent déjà très connus, y occupent une place particulière. Les nouveaux médias sont également très présents, tant il est vrai que les goûts culturels du public chinois se déploient dans une société de plus en plus façonnée par les nouvelles technologies. Au cœur de cette programmation, on trouve des évènements franco-chinois, à l’instar de cette exposition photo sur les femmes de Shanghai qui repose sur un projet de Bettina Rheims dans les années 90, l’exposition « Père et Fils » de Grégoire Korganow qui présentera des clichés de pères et de fils réalisés partout dans le monde et notamment en Chine lors d’une résidence artistique au printemps, ou encore une version chinoise de la pièce Clôture de l’amour de Pascal Rambert (l’un des grands noms du théâtre français aujourd’hui). Au total, 45 programmes, soit 150 événements, dans 30 villes de Chine. En 2015, Croisements fêtait ses 10 ans et attirait 2,3 millions de spectateurs dans toute la Chine ! En 2016, la programmation est resserrée dans le temps (2 mois au lieu de 3) et plus concise et concentrée afin de donner davantage d’impact à des programmes aussi nouveaux que détonants. Les gastronomies française et chinoise seront aussi à l’honneur, lors des vernissages, des rencontres ! Pour connaître le détail de la programmation.

http://croisements.faguowenhua.com/

Lors de votre séjour à Pékin, 

visitez le premier musée du canard laqué

 au monde inauguré le 2 juillet 2014 !

Le célèbre restaurant de canard laqué de Pékin Quanjude全聚  a fêté le 2 juillet 2014 son 150ème anniversaire. Profitant de cette date faste, le restaurant a inauguré le premier musée de restaurant de canard laqué, au 7ème étage de son restaurant à Hepingmen. Le même jour, le restaurant a servi son 196ème millionième canard laqué ! Comme pour le canard au sang à Paris, chaque client de voit délivrer un certificat avec le numéro de canard dégusté ! Le premier restaurant Quanjude fut ouvert le 6 juin 1864 dans la rue de Qianmen. Dans le musée, vous pourrez admirer sur une surface de 1000m2 les vieilles affiches du restaurant,  les anciens menus, des documents qui date de la dynastie des Qing, la liste des personnalités étrangères qui ont eu le privilège de déguster à ce canard laqué comme Richard Nixon, Henry Kissinger, et surtout l’histoire et la technique de confection du canard laqué, inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel national. L’exposition est gratuite.

Le chef  Chi Keung Tang aux commandes

 du restaurant gastronomique cantonais Lili 

du Peninsula Paris.

Après le restaurant cantonais du Shangri-la Paris, nous assistons à l’ouverture le 1er août 2014 du deuxième restaurant gastronomique cantonais de Paris, à l’hôtel Peninsula. De quoi offrir aux parisiens une cuisine cantonaise dans son raffinement et son authenticité. C’est le chef Chi Keung Tang 邓志强 qui est aux commandes de ce restaurant gastronomique cantonais au joli non de Lili 莉莉中菜厅. Le chef Chi Keung Tang était à l’origine de la première étoile Michelin du groupe Peninsula au restaurant Hei Fung Terrace à Tokyo en 2010. Avant de rejoindre Paris, il travaillait à Shanghai dans le restaurant Yi Long Court qui propose aussi une cuisine cantonaise de haute volée. Ses plats signatures sont l’abalone braisée à la vessie de poisson, le porc frit à la poire et au vinaigre de riz gluant, la soupe de pétoncles séchés au concombre de mer. Comme tous les restaurants cantonais du groupe, la salle est décorée avec des images de l’opéra de Canton.

http://paris.peninsula.com/fr/fine-dining

 

Revoir l'émission "A bon entendeur" de la télévision suisse consacrée au soja et tofu où j'ai eu l'honneur d'y participer

« A bon entendeur » est une émission d’information et de défense des consommateurs à la télévision suisse. Son émission du  mardi 25 mars 2014 était consacré au soja & tofu 豆腐 (doufu en pin yin), ce fromage de soja découvert par le prince Liu Han sous les Han, au IIème siècle avant JC. J’ai eu le plaisir de participer à ce programme pour parler de son histoire, de sa place dans la gastronomie chinoise et de ses représentations symboliques. Ce programme est diffusé par TV5 monde, et visible sur le site web de l’émission www.rts.ch/emissions/abe/   

Pour savoir où déguster les recettes que j'ai présenté dans l'émission sur Paris, cliquez icii.

 

Pékin a son canard laqué, Paris, son caneton de la Tour d’Argent !

 


 

 

 

 

Le restaurant de la Tour d’Argent est un des plus anciens de Paris. Crée en 1582 au temps du roi Henri IV par sieur Rourteau, il est encore aujourd’hui en activité. Durant plus de 400 ans, il est fréquenté par les rois et les puissants de ce monde. Comme le café Procope, ce sont les endroits que j’affectionne car ils marient à la fois l’histoire de France et de la gastronomie.

Le roi Henri IV avait l’habitude de déguster sa fameuse poule au pot ou un pâté de Héron après sa chasse. La réputation du restaurant ne viendra pas de la poule, mais du canard. En 1890, Frédéric Delair, nouveau propriétaire invente le célèbre « canard au sang » qui fait encore sa réputation mondiale actuelle. Fière de son œuvre, il donna un numéro pour chaque canard servi. Aujourd’hui, André

  Lire l'article

 

 

« Canard laqué, Canard au sang : dialogue culturel entre les cuisines chinoise et française », William Chan Tat Chuen

Je suis heureux de vous annoncer la sortie de mon livre « Canard laqué, Canard au sang : dialogue culturel entre les cuisines chinoise et française » aux éditions de l'Epure le 14 mars 2016. J’ai le privilège d’inaugurer une nouvelle collection aux éditions de l’Epure baptisée « Lectures nourricières ». Voici la présentation de mon livre où je vous invite à découvrir et à partager ma passion des interfaces culturelles des cuisines françaises et chinoises.

« Au-delà de leurs différences et de leurs spécificités culturelles, de leurs terroirs, ou encore de leurs manières de table, existe-t-il des points de convergence entre les cuisines française et chinoise, considérées comme parmi les meilleures du monde, avec une histoire gastronomique riche de plusieurs siècles ?

A travers le prisme de 70 recettes étudiées conjointement entre ces deux pays, on découvrira que les similitudes et les ressemblances sont nombreuses. Elles se jouent sur les destins historiques et parallèles des recettes emblématiques qui deviennent des icônes des gastronomies des deux pays, comme le tandem canard laqué de Pékin et canard au sang de Paris ; sur des recettes qui se rapprochent par les ingrédients et les techniques utilisés comme les grenouilles sautées à l’ail et les crêpes ; sur la même vision d’une cuisine qui soigne et qui fortifie le corps, comme ce bouillon de poule ; sur des cuisines qui utilisent joyeusement l’alcool comme principe d’assaisonnement avec le coq au vin jaune du Jura et le coq ivre à l’alcool de Shaoxing ; sur des cuisines capables d’incorporer des ingrédients culinaires venus du nouveau monde comme la pomme de terre et la tomate grâce à la force de leur grammaire culinaire ! ».

Ces points de convergence, révélés par le « dialogue culturel» de ces 70 recettes est avant tout un joli prétexte pour voyager dans les cuisines de ces deux pays que sont la France et la Chine, afin de mieux comprendre leurs pratiques alimentaires, leurs techniques culinaires, leurs canons esthétiques et leurs représentations symboliques.

Après avoir été mis en appétit en compulsant l’histoire de ces 70 recettes, vous pourrez également les déguster grâce aux étapes détaillées de leurs réalisations, proposées pour au moins six personnes

Pour découvrir et commander le livre « Canard laqué, Canard au sang : dialogue culturel entre les  cuisines chinoise et française », cliquez-ici.

 

Les Gastronomes parisiens 

(Restaurants & gargotes du Palais-Royal, des Halles, des Grands Boulevards, des Champs-Elysées et du Quartier Latin - 1765-1914)

Le Palais Royal, le quartier des Halles, les Grands boulevards, le Quartier latin, la rue Mouffetard... Ce livre retrace les grandes heures de la gastronomie parisienne, au détour des grands et petits restaurants, des tables mythiques, bistrots et bouis-bouis. Photos d'époque, gravures, caricatures, extraits littéraires, menus, publicités anciennes... tous les moyens sont mobilisés pour documenter au mieux l'esprit du temps, l'offre alimentaire des lieux de bouche emblématiques de Paris, et restituer au plus près l'ambiance d'un Paris désormais disparu.

Un très beau livre à découvrir !

ris  

Découvrez une des rues les plus gourmandes de Pékin : la rue des fantômes !

Dans cette rue des fantômes,  Gui Jie en chinois, même les fantômes trouveront leur chemin la nuit avec toutes ces lanternes allumées. Cette rue est située dans la rue commerçante de Dongzhimennei东直, district de Dongcheng, près de la station de métro "Dongzhimen".  Plus de 200 restaurants, avec les spécialités locales des différentes provinces vous attendent 24 heures sur 24 ! Le soir, c’est le point de restauration préféré des chauffeurs de taxi de Pékin. Si vous ne souhaitez pas dîner, vous pouvez aussi prendre un verre dans les nombreux bars ou achever vos courses dans les boutiques de souvenirs ! Il vaut mieux bien sûre visiter cette rue la nuit tombée !

 

Margarine magazine, 

édition Menu Fretin

Dans le Margarine magazine n°1 (juin 2015), vous pouvez découvrir mon article sur « L’évolution des matières grasses consommés dans les repas chinois ». Ont collaboré à ce numéro : Claire Bastier, Sophie Blaru, Céline Brisset, William Chan Tat Chuen, Suzanne Duval, Laurent Feneau, Laurent Seminel, Ryoko Sekiguchi, Timothée Trimm.

www.menufretin.fr/le-catalogue/a-la-une/margarine-magazine/

 

L'importance des textures dans l'appréciation de la cuisine chinoise

Vous pouvez retrouver mon article « L’importance des textures dans l’appréciation de la cuisine chinoise » dans le dernier numéro 25 de G Mag (Gastronomie Magazine). Si vous ne connaissez pas G Mag, il s’agit d’un journal d’informations comestibles à la fois en version papier (trimestriel) et en version web.



Les menus de la visite d’Etat du président chinois Xi Jin Ping et son épouse Peng Li Yuan en France, Mars 2014

Cette visite d’Etat du président chinois Xi Jin Ping et son épouse Peng Li Yuan est le point d’orgue pour fêter le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Le 27 janvier 1964, la France, par la voix du Général de Gaulle, est le premier pays occidental à établir des relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine. Voici les trois principaux menus qui ont jalonné ces journées historiques, entre le dîner de Gala à l’Hôtel de Ville de Lyon, le dîner d’Etat au Palais de l’Elysée à Paris, et le dîner privé au Château de Versailles. A chaque étape, la France a déployé le tapis rouge et reçu avec faste la délégation chinoise, mettant à chaque fois en avant le savoir-faire des chefs français, son art de vivre à travers sa table, sa gastronomie et ses vins.

Où déguster les cuisines régionales chinoises à Paris ?

La Taverne de Zhao, 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris, cuisine de la province de Shaanxi.

Le Président, 124 rue du Faubourg du temple, 75011 Paris, cuisine cantonaise

Les Jardins de Mandchourie, 34 allée Vivaldi, 75102 Paris, cuisine du nord de la Chine, riches en pâtes, raviolis, pain et galettes fourrées.

Au délice de Confucius, 68 boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, spécialités de la région du Shandong, avec des fruits de mer.

Les Trois Royaumes, 42 rue Richer, 75009 Paris, cuisine du Sichuan, la plus épicée de Chine.

Les pâtes vivantes, 3 rue Turbigo 75001 Paris / 46 rue du faubourg Montmartre, 75009 Paris / 22 boulevard Saint Germain, 75005 Paris, cuisine de pâtes vivantes filées à la main.  

Pour mieux connaître les cuisines régionales en Chine, découvrez le livre de Georges London "Un tour gastronomique de la Chine : 88 recettes des cuisines régionales de Georges London" édition GWLondon-press.

 

 

Assistez en streaming à la confrontation culinaire

 des grands chefs chinois et français

 à la télévision chinoise dans厨王争

« Les rois de la cuisine se disputent l’hégémonie » (chu wang zheng ba) 厨王争est une émission culinaire de la chaine de télévision chinoise CCTV2. Elle confronte deux équipes de grands chefs, chinoise et française, dans un concours gastronomique, où les réalisations sont notées par un jury d’experts gourmands pour déclarer l’équipe gagnante. L’émission a lieu à chaque fois dans un lieu différent, dans un grand hôtel comme dans les murs de la cité interdite à Pékin. A partir d’un panier d’une cinquantaine de produits en moyenne, chaque équipe choisit et se répartit à tour de rôle chaque ingrédient ! Attention, ce moment est cruciale car contrairement aux autres émissions culinaires, les produits basiques comme le sel et les matières grasses sont dans le périmètre du panier ! Les équipes privées de sel doivent se contenter de la sauce de soja si elles ont la chance d’en disposer. Vient le moment où chaque équipe redonne à l’équipe adverse un ingrédient « piège », ou choisit dans leur liste un produit convoité. A travers les gestes culinaires et les commentaires du jury de dégustation, on ressent toute la différence culturelle d’approche des chinois et des français dans leur vision gastronomique. Dans l’émission, la grille des critères d’évaluation n’est pas explicite ! L’émission est sponsorisé par le guide Michelin, qui alimente les équipes françaises (ou francophone).  Beaucoup sont inconnus en France comme William Franchot, Nicolas Isnard,  Patrice Hardy, Mathias Dandine. Pour d’autres chefs déjà implanté en Chine ou à Hong Kong comme Mauro Colagreco, Jérémy Biasiol, cette émission est une véritable rampe de lancement pour mettre en avant leur établissement. Vous pourrez voir cette émission gratuitement en streaming sur le site de CCTV2 même si vous ne maîtrisez pas le mandarin. Les images sont explicites !    

 

Ma démonstration culinaire sur le tofu 

au festival du livre culinaire Paris 2012

Tofu sauté maison 家常豆腐

Tofu soyeux, sirop de gingembre et de fleurs d’hibiscus

, mangue et kiwi 豆腐花

Découvrez mes recettes

 

 

 

 

C’est un grand honneur d’être sélectionné pour faire partie des happy few comme Guy Martin, Alain Alexanian,  Jean François Piège, Yvan Cadiou…qui assurent des démonstrations culinaires au cœur du Festival du livre culinaire de Paris 2012. J’ai donc eu le plaisir de lancer la première démonstration ce matin samedi à 11h pile, autour de mon livre, William CHAN TAT CHUEN, « Le tofu, dix façons de la préparer » aux éditions de l’Epure. Comme l’invité d’honneur du festival de cette année est la Chine , j’ai décidé de proposer deux recettes de tofu version chinoise, avec deux tofu de textures différentes : le tofu ferme, le tofu soyeux. Après tout, le tofu est né en Chine il y a plus de 2000 ans !

 

  Lire l'article

 

 

Continuez à jouir du luxe français en Chine. Le Comité Colbert, qui réunit 70 maisons du luxe français, vous invite à faire un voyage interactif en trois dimensions dans son nouveau site internet crée spécialement pour la Chine.

法国精品行业联合会Comité Colbert,偕同旗下70个法国精品名牌,邀请您进行一次三维立体互动的法兰西生活艺术之旅

www.cColbert.cn

由新浪网在中国提供全程网络支持

 

 

 

 

 

 

J’ai eu le plaisir le dimanche 12 juin 2011, d’être invité à l’émission de France Inter de François Régis Gaudry « On va déguster » sur la cuisine chinoise. J’ai été invité avec le célèbre chef chinois Ken Hom. Nous étions aussi entourés des chroniqueurs Elvira Masson et Dominique Hutin. Vous pouvez  découvrir toute la chronologie de l’émission, conseils, adresses, livres et coup de cœur sur le lien suivant http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/ete/on-va-deguster/

Pour écouter l'émission directement en format MP3, cliquez ici  

 

 

 

 

Vivez l'année du Tigre  à la table du 

"Rêve dans le Pavillon Rouge" 

Mon livre, édité par Jean Paul Rocher Editeur www.jprocher-editeur.com  

Il  a été primé « Meilleur livre sur la cuisine chinoise de l’année 2009 en France » 

par le World Cookbook Awards présidé par monsieur Edouard Cointreau.

 

 

 

 

En Chine, un proverbe dit que le peuple considère la nourriture comme le Ciel. Dans cette riche famille Jia où les besoins primaires étaient plus que satisfaits, où le Ciel s’était banalisé, tous les membres avaient développé une philosophie du boire et du manger sous l’angle du divertissement. Cette recherche du plaisir se décline aussi bien dans les repas du quotidien que des fêtes. En vous invitant à la table de cette famille aristocratique d’origine mandchoue sous le règne de l’empereur Qianlong, contemporain de Louis XIV, vous découvrez la gastronomie chinoise du XVIIIème siècle à travers les mets et boissons évoqués par  Cao Xueqin dans son roman « Le rêve dans  la Pavillon Rouge  ».

LireDPour découvrir le livre  Lire l'article

écou  Pour découvrir où déguster un banquet du "Rêve dans le Pavillon Rouge à Pékin" Lire l'article

ire

 

 

Haut de page